Deux randonnées en Charente et Haute-Vienne


J'ai pris une carte, tracé un périmètre d'environ 1h30 de voiture autour de chez moi, et j'ai regardé où est-ce que je pourrais partir randonner avec Oakley pendant que mon chéri partait en découché. J'ai trouvé deux circuits proches l'un de l'autre sur Visorando qui m'ont bottée, avec un lieu sympa pour bivouaquer.

Je propose les photos sous la forme de mon album Google Photos, consultable à cette adresse : Album photos - Randonnées : Forêt d'Étagnac et Circuit des mégalithes de Ceinturat Plusieurs photos sont légendées pour les situer et les expliquer.

Je ne suis pas partie en itinérance : cela demande beaucoup plus de préparation que de suivre une boucle d'une quinzaine de km, surtout avec un chien et par grande chaleur. La gestion de l'eau est vite un casse-tête, tant en terme d'approvisionnement que de poids à porter. C'est un défi, j'aime beaucoup le relever, mais je le réserve pour plus tard dans la saison. Là, j'avais seulement envie de me promener et besoin d'évasion.

Le premier circuit que j'ai suivi est celui-ci : Les étangs et l'immense forêt d'Étagnac. Au départ d'une petite base de loisir bordant un charmant étang, on a bien marché 4h, souvent à l'ombre. Oakley a pu se baigner et boire régulièrement car le circuit est en effet jalonné d'étangs. La campagne charentaise, tout en paysage de bocages et forêts variées, est superbe. La fin de l'été s'annonce car les arbres commencent à prendre un teinte plus jaune. Ambiance champêtre et bucolique sur ce tour, composé de chemins agricoles vallonnés et de grandes allées cavalières enherbées. J'ai mis un peu de temps à lâcher prise et laisser mes pensées vagabonder au rythme de la marche, et puis j'ai enfin réussi à me couper de mon monde. Oakley est vraiment un merveilleux compagnon de balade. Je n'ai pas eu une seule fois besoin de le rappeler, de l'attacher. Il déambule autour de moi, me jette régulièrement un coup œil, attend joyeusement mon top départ après les pauses. Un bonheur.

Le soir, j'ai donc monté mon campement sur l'herbe au bord de l'étang de la Féculerie, sur un terrain plat. J'ai profité des quelques aménagements pour améliorer mon confort : table de pique-nique, poubelle, WC et douche froide de plein air (par 30°C, ça passe très bien !). Dîner de sardines à l'huile sur pain complet et plat lyophilisé (décidément excellent). Oakley a dévoré ses croquettes baignées de l'huile des sardines. La nuit tombée, il a fait son petit tour d'inspection, a bu une dernière fois, et contrairement à ce que je pensais, a insisté pour venir se coucher dans la tente contre moi, plutôt que de rester dehors à la fraîche. Montée en mode tarp ouvert avec la toile moustiquaire dessous, nous étions aérés et protégés des moustiques et de la pluie en cas d'averse. Le chien a parfaitement joué son rôle de gardien. Vers 22h, un camion s'est garé assez loin de nous. Mais quelques minutes plus tard, j'ai entendu des pas s’approcher. Oakley a grogné très bruyamment et a étouffé un demi-aboiement menaçant. Les pas ont stoppé net !! J'ai passé ma tête au dehors pour demander au monsieur ce qu'il souhaitait : un peu de PQ ! Il m'a assuré qu'il ne se serait pas plus approché, ayant entendu le chien et jugé de la taille du bestiau à la gravité des vocalises. Ce côté dissuasif est assez rassurant je dois dire ...

Réveil aux aurores, pliage du camp efficace et petit-déjeuner dans le village. Nous avons roulé pour rejoindre le deuxième circuit : Circuit des mégalithes de Ceinturat. Plus en altitude, au sud des Monts de Blond, j'ai adoré l'ambiance un peu mystique sur ce chemin balisé, agrémenté de plusieurs concrétions granitiques portant des légendes. Malgré quelques km sur du bitume à la fin du parcours, le cheminement en forêt sur des sentiers étroits et dénivelés m'a bien dépaysée. Mes mollets ont bien chauffé aussi ... Oakley a trottiné calmement devant, comme à son habitude, s'est fait photographier en prenant la pause par des promeneurs et papouillé par des VTTistes. Une vraie vie de chien.

Avant de repartir pour la maison, j'ai souhaité m'offrir un déjeuner au restaurant à St Junien. Je me suis faite refuser de deux terrasses (de brasserie ou petit restau sans prétention) à cause d'Oakley, c'est la première fois que ça m'arrive. Je me suis enfoncée dans les rues piétonnes pour trouver la Brasserie de la Bourse qui m'a enfin acceptée (la personne m'ayant accueillie possède des chiens, le contact est toujours bien plus facile ainsi). Oakley, écrasé de fatigue et de chaleur, a dormi étalé sous ma chaise. Je ne l'ai pas entendu de tout le trajet retour ...


Laisser un commentaire

Pas de commentaire pour le moment.