Mémoires de Lady Trent, tome 1 : Une histoire naturelle des dragons, de Marie Brennan


Couverture

Je suis bonne cliente. C'est souvent avec plaisir que je me laisse porter par les univers imaginés par les auteurs de fantasy. Ce fut le cas dès le début de ce livre, qui se présente sous la forme de mémoires. Cette narration créée rapidement une proximité avec le lecteur, servie par un discours à la fois guindé (soulignant le rang social de la narratrice) et une rafraîchissante dose d'humour et de dérision. Cette forme du discours, presque parlé, est plaisante et fluide, on se sent dans la confidence, et le regard lucide de la dame âgée sur la naïveté de la toute jeune lady ne manque pas de piquant. Malgré tout, j'ai parfois trouvé le rythme de narration lent et monotone. Les scènes clefs ne sont pas assez mises en valeur par rapport aux autres événements, et le ton uniforme que revêt le témoignage en est à mon avis la cause.

Il est question d'une vieille dame scientifique, mondialement reconnue pour ses travaux sur les dragons, qui revient sur son parcours de jeune naturaliste à une époque victorienne, où les femmes n'avaient pas voix au chapitre. Il était en effet bien malvenu de se passionner pour un sujet d'étude aussi masculin (les dragons, pensez-vous !), encore moins de jouer les aventurières en se lançant dans une expédition à leur recherche. Les lieux sont totalement fictifs mais la transposition de l'Angleterre est flagrante : aussi bien dans l'architecture, les moeurs que dans la géographie du territoire sous forme d'île. L'univers, parallèle au nôtre, marche bien.

L'intérêt principal du récit est à mon sens l'émancipation progressive de l'héroïne. Bien que dotée depuis son enfance d'un esprit curieux et intrépide, elle ne s'est pas laissée brider par les conventions de la société. Elle a pourtant essayé de se couler dans le moule qu'on lui proposait au début de sa vie d'adulte, mais sa nature l'en a rapidement fait déborder. C'est la chance de trouver un mari progressiste et bienveillant que va lui permettre de révéler son plein potentiel. On est loin de l'idéal féministe de la jeune femme qui se construit seule envers et contre tous. Malheureusement, je pense qu'à cette époque, si des femmes ont pu briller (je pense dans les arts mais encore plus dans les sciences), c'est d'abord parce que les hommes auxquels elles étaient liées les ont soutenues dans leurs luttes, épaulées dans leurs entreprises voire encouragées à persévérer. Sans cela, toute espérance de percée ou de renommée me semble illusoire. C'est pour cela que la dimension féministe du roman m'a plu : le message est bien présent (les femmes sont tout autant capables que les hommes) mais il n'est pas idéalisé et la situation reste ainsi plausible. Cependant, je suis déçue que l'héroïne prenne autant de place, et le choix de la forme du mémoire y est certainement pour quelque chose. Le point de vue à la première personne empêche de développer les motivations des autres personnages du roman (en particulier celui du mari, qui joue pourtant un rôle primordial dans l'avancement du récit et la construction de l'héroïne).

Un autre aspect de l'oeuvre est intéressant. En mettant en scène une expédition dans des terres lointaines et sauvages, le parallèle est facile à faire avec les expéditions qui ont pu avoir lieu dans les colonies il y a quelques siècles. L'auteur nous invite à réfléchir sur la notion de respect et de tolérance, le regard porté sur l'étranger, l'idée de supériorité que les peuples européens ont longtemps affiché. C'est justement ce côté expéditionnaire et scientifique qui fait l'originalité de ce roman sur les dragons. Loin de chercher à envisager les dragons comme des créatures fantastiques toutes puissantes (Tolkien), des bêtes de combat à chevaucher (Game of Thrones), ou encore un être intelligent et sensible capable de communiquer et travailler avec l'humain (Eragon), Marie Brennan propose de partir à la découverte des dragons de façon méthodique et naturaliste. C'est différent de ce qu'on lit habituellement et rend l'entreprise tout à fait réaliste. De plus, l'ambiance de lecture est plus reposante et c'est très agréable.

La fin de ce premier tome m'a semblé un peu abrupte et le rythme du récit s'est inexplicablement accéléré. Malgré tout, je suis curieuse de poursuivre ma découverte de la biologie et l'éthologie du dragon selon Marie Brennan, et j'ai envie de comprendre comment cette jeune Lady aura réussi à s'imposer au monde comme une spécialiste renommée et respectée. Le pari est donc réussi ! Je dois aussi souligner les magnifiques planches représentant différentes espèces de dragons. Les dessins sont fascinants et agrémentent la lecture.


Laisser un commentaire

Pas de commentaire pour le moment.