Les Loyautés, de Delphine de Vigan


Couverture

Je suis assez mitigée après avoir refermé ce livre. Pas emballée en tout cas. Ce court roman de Delphine de Vigan est l'ouvrage par lequel je découvre l'auteure, et je ne le trouve pas transcendant.

Il est question de la détresse de deux copains collègiens, et du portrait de deux femmes de leur entourage (une professeure et la mère d'un des garçons). Le livre veut questionner la loyauté dont on peut faire preuve dans sa vie : celle des enfants envers leurs parents, des épouses envers leurs maris, des amis entres eux, et même envers soi-même. Si le sujet est intéressant et pouvait nous mener dans des réflexions subtiles, j'ai trouvé le traitement assez grossier finalement. Rien de nouveau sous le soleil à vrai dire : les copains ne se trahissent pas entre eux malgré le danger de certaines situations de l'adolescence, les enfants de divorcés sont pris entre deux feux (sans blague ...) et beaucoup de femmes acceptent l'impensable pour sauver les apparences de leur couple.

Au niveau de la forme, si je trouve l'écriture agréable malgré plusieurs fautes d'expression ou des redondances qui m'ont agacées, je n'ai pas apprécié le découpage des chapitres par personnage. Je trouve le procédé simpliste, je pense finalement qu'il cache un manque de maîtrise : tous les personnages parlent et pensent de la même façon, il faut bien aiguiller le lecteur en lui indiquant qui parle !

Voilà tout. Le sujet est intéressant et aurait mérité un travail plus fin et profond, je reste sur ma faim. Aurai-je l'envie de découvrir un autre roman de l'auteure ?


Laisser un commentaire

Pas de commentaire pour le moment.