Journal de Ring #1 - Première séance


Première séance au club. Je suis un peu timide. Ça bosse le plat sur le ring, le président donne des consignes et un jeune homme travaille son malinois. Suite sans laisse, positions, saut de haie. Je suis épatée par la vitesse et la réactivité du chien. Derrière moi, un ancien lance la balle à son malinois. Travaille-t-il ou bien joue-t-il ? Je ne sais pas mais en tout cas c’est carré. Au bout d’un moment il met son chien au coucher puis vient me saluer et discuter. Le chien ne bougera pas jusqu’à ce que son maître aille le récupérer. Il y a du niveau. On est loin des balades entre copines où Oakley passe pour un surdoué à ne pas tirer en laisse...

Mais je nous sens capable d’arriver rapidement à une telle maîtrise sur la partie obéissance. Ce qui m’inquiète, ce que je ne connais pas, c’est la partie mordante. La question : est-ce que mon chien va mordre ?

Je détends Oakley, puis petit passage sur le ring pour qu’on se présente et qu’on montre ce qu’on connaît. On simule une suite de brevet et une absence. Je me rends compte que ma marche au pied est merdique, floue, chien qui devance et s écarte. Normal, je lui laisse passer tout cela lors de nos marches au pied en balade, puisque je n’ai pas besoin de plus. Sauf que du coup mon gros me ressort la même piètre qualité sur le terrain, pour lui c’est pareil ! L’absence cachée est nickel, je suis contente.

On attache Oakley au harnais à une chaîne. Je reste en soutien derrière lui et l’encourage, le test de son mordant commence. Il ne comprend pas trop bien ce que l’inconnu face à lui lui veut à agiter sa chaussette. Il claque des dents et chope le boudin qui lui passe sous le nez, on le félicite et l’encourage, il comprend petits à petit ce nouveau jeu. On passe à la jambière tenue, Oakley en veut et adore récupérer l’objet mais ne se débat pas comme un dingue. Le choc ressenti quand il arrive en bout de chaîne le perturbe, je le vois bien. C’est pas un violent mon chien. Il grogne un peu une fois la jambière en gueule, mais ne sert pas très fort, relâche vite ou mâchouille. Y’a du boulot mais apparemment ça peut se travailler. Petit test jambière sur la jambe : je vois que c’est une étape pour le chien, car il doit fortement tourner sa tête et attaquer la jambe d’un être humain. Il cherche ou mordre et n’ose pas vraiment. Ça viendra.

Un super bon point : il n’a absolument pas peur de la main qui lui cache les yeux ou lui enserre la gueule pendant sa prise, ni du bambou fendu qui claque tout autour de ses oreille et frappe parfois son dos. Trop fort mon chien.

La séance dure seulement quelques minutes mais il n’en fallait pas plus pour ne surtout pas risquer de dégoûter le chien. Et encore, j’aurais peut-être même stoppé un peu avant moi. Mais je ne lui demande jamais assez, je le sais bien…

Je remets Oakley en voiture et il va dormir jusqu’à ce que je reparte. J'assiste à un peu de mordant de l’ancien et de son chien, qui concourent à haut niveau. C’est époustouflant à voir en vrai. Ce qui me frappe le plus : Le chien fait preuve de beaucoup de ténacité car l’exercice de la garde d’objet dure vraiment longtemps à mes yeux, et le chien reste constant. Aboyer en continu sur l’agresseur et l’attaquer au bon moment est épuisant mais le chien fait son boulot quand même. Whoua...

Je suis gelée, Oakley est en diarrhée (croquettes inadaptées) et beaucoup de nouveautés d’un coup. Malgré tout, on est contents de nous et d’être ensembles. C’est vraiment le plus important et j’adore ce sentiment : mon chien est heureux d’être avec moi et rassuré de pouvoir compter sur moi dans la découverte tous ces évènements un peu stressants, et moi je ne me sens jamais seule à affronter la nouveauté et mon anxiété car j’ai toujours mon chien collé à mes côtés.

Je suis rassurée quand en discutant j’apprends que pour un grand mâle berger français, ce n’est pas gravissime de commencer tard, 2 ans dans notre cas. Rien à voir avec un belge surdoué et précoce, il faudra travailler et apprendre au chien son métier. Ce sont des tardifs nos francais. Et puis ce n’est pas comme si je partais de zéro : Oakley a de bonnes bases d’obéissance, un fort lien avec moi, il aime jouer et apprendre, sait prendre sur lui et se contrôler en toute circonstance. Reste à lui inculquer un bon mordant, c’est le club qui devra nous y aider.


Laisser un commentaire

Pas de commentaire pour le moment.