J'ai voulu vendre mon Olympus E-M1 ... et en fait non


Ma pratique photo jusqu'alors

Mon rapport à mes photos est compliqué. Jamais contente de moi, un perfectionnisme maladif, un lâcher prise difficile. Tout comme lorsque j'écris/dessine/peins, la pratique d'une activité artistique est presque thérapeutique chez moi ! Mon rapport à mon boîtier est spécial aussi. Lorsque j'ai décidé de m'intéresser à la photographie, je me suis d'abord beaucoup renseignée (comme à mon habitude). Après un certain temps de recherches et de réflexion, j'ai acquis un hybride micro 4/3, un Olympus OM-D E-M1 Mark I d'occasion assorti d'un objectif 12-40mm f:2.8 (équivalent 24-80mm en plein format). Voilà, pour mes premiers pas en photo, me voici donc équipée d'un attirail semi-professionnel, parce que la nana ne fait jamais rien à moitié.

Olympus OM-D E-M1 + Olympus 12-40 Pro f2.8

J'ai beaucoup galéré à mes débuts. Le boîtier est complet et complexe, mes connaissances et mon expérience minuscules. Mais même avec une technique nulle, je réussis à sortir quelques clichés qui me plaisent beaucoup et m'encouragent, grâce à la qualité du matériel. Je persévère. J'apprends. J'apprivoise le boîtier, je trouve des techniques personnelles. J'exerce mon œil. Ça va un peu mieux. Surtout, je commence à prendre du plaisir.

Je sors mon chien mais pas mon boîtier ...

Et puis, viens le jour où je commence à sortir sur de longues balades ou randos en nature grâce à mon chien. Problème : mon matériel avoisine le kilogramme, et je trouve cela lourd en bandoulière, même si on est loin du poids d'un réflexe. Si bien que je ne l'emmène plus avec moi. Je photographie de moins en moins. Moins je pratique, plus je perds en aisance, moins j'ai envie de pratiquer. Cercle vicieux. Je me retrouve avec un matériel très honorable dans un tiroir à la maison, à shooter 3 pauvres photos de mes fabuleuses sorties avec mon smartphone très médiocre en prise de vue. Un comble ...

Je me suis questionnée : pourquoi je n'emmenais pas mon matériel avec moi ?

  • Durant la première année d'existence de mon chien, j'ai passé mes sorties à parfaire son éducation. Mon esprit et mes yeux étaient accaparés par mon chien. Aucune place pour la rêverie ou l'oeil artistique. Aujourd'hui, mon chien est éduqué, je peux sans danger lui faire confiance et me déconnecter de lui souvent pour photographier.
  • Mon matériel est encombrant. Il ne loge pas dans une poche de veste, je dois absolument le transporter en bandoulière (il ballote pendant la marche et me gène) ou dans un sac (il n'est pas accessible sous la main pour shooter rapidement).
  • Mon matériel est lourd. La bandoulière pèse sur ma nuque. Je cherche à m'alléger au maximum pour mes randonnées en autonomie.

La recherche d'une solution

La photographie me manque, je suis frustrée de ne pas ramener de clichés sympas de mes sorties nature. Je décide donc qu'il faut que je change de matériel, pour répondre à mon besoin de reprendre une pratique photo régulière et que mon matériel ne soit pas un handicap en randonnée. Mon obsession : gagner en légèreté. Forte de ma courte expérience, j'avais conscience que je devrais faire l'impasse sur certains critères qui m'avaient poussés à choisir mon E-M1 et cet objectif. Rayon réflexe et hybride : trop lourd. J'ai zieuté du côté des bridges. Poids trop conséquent. Reste les compacts experts. Le Sony RX100, le Canon G7X, le Lumix LX100. Des prix conséquents, et pour m'offrir cela, je mets en vente mon matériel sur leboncoin.

Période de rigolade (amère). Les acheteurs négocient à des tarifs ridicules, chipotent sur du matériel d'occasion autant que sur du neuf, me posent des lapins aux rendez-vous et ne répondent plus aux appels. J'en ai assez et me décide à faire le tour des magasins d'achat-revente d'occasion du coin. Personne ne veut reprendre du matériel professionnel. Dernier espoir : le magasin spécialiste de la photographie de la ville. J'ai mis les pieds dans cette boutique dans l'espoir de vendre mon boîtier et mon objectif pour acheter un compact, j'en ressors une grosse heure après, amoureuse de mon matériel plus que jamais. Que s'est-il passé dans cette boutique ?!

Ça cogite dans la boutique

Je suis tombée sur une bonne équipe, et un photographe en particulier, absolument charmant et passionné, qui m'a consacré beaucoup de temps et a fait évoluer ma réflexion. La reprise de mon matériel était possible, à un prix complètement satisfaisant. Lorsque j'ai exposé ma recherche, il a été clair que peu de gens redescendent en gamme de matériel habituellement. On a discuté, pesé les pour et les contre de plusieurs modèles, et surtout souligné les pertes qualitatives que l'achat d'un compact occasionnerait. Capteur beaucoup plus petit, qualité optique moindre et surtout fixe (propre à l'appareil, impossible de changer), grosses difficultés à la revente. Pas de prise micro, viseur électronique minuscule voire inexistant, pas de bague de mise au point manuelle. Ouch, la douche est froide. Mon Olympus me convient si bien pour tout cela ... Puisque ma problématique principale est le poids, j'essaye un nouveau boîtier Fujifilm XT30 plus compact et léger, avec un petit zoom bien piquant. Déroutant mais superbe. Et tarif stratosphérique. Ouch, deuxième douche.

Et puis, on discute vraiment photo. Le vendeur m'a finalement soufflé la solution, puisque c'est effectivement celle que choisissent tous les marcheurs amateurs de photographie (et y'en a un paquet en fait !). La focale fixe ! Plus de zoom, une focale unique, un objectif souvent extrêmement lumineux et très léger, peu encombrant. Évidemment que c'est la solution, je sais même par mes lectures que c'est le choix de la plupart des professionnels. J'ai alors repris en main mon boîtier chéri, on lui a greffé deux objectifs différents, et je suis sortie en ville faire quelques essais. Magique. Ma solution est trouvée, aucun compromis à faire sur les atouts et qualités de mon matériel existant, je vais m'alléger en même temps qu'améliorer ma technique photo grâce à la focale fixe. Je ressors de la boutique chamboulée, mon capteur nettoyé et un problème d'auto-focus réglé par le serrage d'une visse. Whaou !

L'heure du choix, je teste

Il me reste à décider pour quel objectif je vais craquer. Le choix est le suivant : un Olympus 17mm f1.8 ou un Panasonic 20mm f1.7 pancake. Ce matin, je me suis donc baladée avec Oakley et mon E-M1. Je me suis calée à une focale de 17mm (équivalente à un 34mm en plein format) et j'ai shooté. Belles images, focale qui-fait-tout. J'ai fait deux ou trois essais à 20mm (équivalent 40mm) mais c'est un poil court en extérieur. Ma préférence allait déjà pour l'objectif de chez Olympus pour sa qualité de finition, son esthétique, sa bague de débrayage de l'Auto-focus pour passer à une mise au point manuelle en un geste (je mets au point très souvent en mode manuel). Mes lectures m'ont confortées en annonçant un Auto-focus rapide et efficace même en basse lumière (pour la vidéo, c'est un must), un bokeh agréable, une luminosité et un piqué superbes. Le Panasonic est plus compact et un poil plus léger, un poil moins cher aussi, mais c'est tout. Mon choix est fait, ce sera le 17mm de chez Olympus. Je vais le chercher demain d'occasion chez ce même photographe. Je franchis un cap dans ma pratique photo.

Concrètement, je gagne un peu en poids (260g quand même), mais surtout en encombrement. Le 17mm et bien plus compact que le gros 12-40mm. Je gagne en luminosité de l'objectif (je passe de f2,8 à f1,8, c'est beaucoup). Surtout, je ne régresse pas dans mes prétentions de qualités du boîtier, je me laisse la possibilité de continuer à évoluer dans ma pratique, de pouvoir changer d'optique, ou peut-être un jour de boîtier en conservant mes optiques. Bref, tout ce qu'un compact m'aurait interdit. Reste à tester différentes solutions pour transporter agréablement ce matériel en marchant. Affaire à suivre donc.

Remarque : la boutique est forte. Je viens pour leur vendre mon matériel (et aussi leur acheter un truc neuf, mais bref), et j'en ressors sans rien leur vendre et en comptant leur acheter un nouvel objectif. Chapeau les gars !

Les prises de vue de ce matin à Courcerac

Je partage l'album Google Photos de ma promenade avec Oakley d'aujourd'hui. Il est possible d'afficher les EXIF de chaque photo en cliquant sur l'icône "i" en haut à droite. La majorité des photos sont donc prises en ayant calé mon objectif sur 17mm pour m'entraîner (celles du chien dans l'étang sont à 40mm). J'ai shooté en RAW + JPEG, je me rends compte que je n'exploite pas le JPEG, je développe toutes mes photos sur Darktable en RAW. J'ai utilisé un filtre polarisant Hoya pour un joli rendu de l'eau du lac.

Album Google Photos : 20 Juin 2019 - Balade à l'étang de Courcerac

J'ai aussi pris quelques séquences vidéo à 17mm. Le résultat me plaît, cette focale est polyvalente. J'ai importé mon montage sur Youtube. Par contre, ça fait vraiment un moment que je me dis que je ne supporte pas cette prise de son abominable. Ou bien je coupe le son de mes vidéos, ou bien j'investis dans un petit micro. Pas encore décidée.


Laisser un commentaire

Pas de commentaire pour le moment.