L'Homme à l'envers, de Fred Vargas

Couverture

Qu'est-ce que c'est que cette expression ? On parle d'un mec qui fait le cochon pendu ou quoi ? Non. Un homme à l'envers a les poils sous la peau et il faut l'ouvrir pour vérifier que c'est bien... un loup-garou. Nous voilà dans le Mercantour, dans les montagnes, et on parle de loups. De gentils loups, au début. Puis l'auteur titille nos peurs primaires, nous rappelle la légende du Gévaudan : des brebis égorgées, et bientôt des humains. Les loups tuent, mais avec une telle sauvagerie, que la rumeur enfle, la psychose monte. Il se pourrait qu'on ait affaire à un monstrueux loup-garou. Et il se déplace ...

Dans ce roman, on suivra avec plaisir une héroïne dont on a beaucoup entendu parler dans l'Homme aux Cercles Bleus, l'amour d'Adamsberg : Camille. C'est elle qui va s'embarquer dans une drôle d'enquête, puis de chasse au monstre à bord d'une bétaillère puante avec 2 acolytes hauts en couleur. Bien que le commissaire soit très en retrait dans cette histoire, il suit cette affaire de loin depuis le début, et viendra mettre son grain de sel au moment opportun. Des personnages toujours aussi originaux et attachants, un style brillant et une histoire rondement menée. Comme d'habitude, je suis charmée. Tous les ingrédients pour passer un bon moment, à frissonner parfois, en compagnie de mon auteur préféré.


- lecture -

Commentaires


Il n'y a aucun commentaire à afficher.

Poster un commentaire