Oakley à la maison - Jours 3 et 4

Je continue le petit journal de bord que j'ai entrepris pour coucher mes choix et mes réflexions sur cette première semaine d'Oakley à la maison. Je ne sais pas encore sur combien de jours je vais le faire durer, peut-être très peu de temps, peut-être plus longtemps ?

Journal de bord des jours précédents :

Journal de bord des jours suivants :

Jour 3

On peut dire que l'arrivée de mon chien m'oblige à être matinale ! Réveil à 7h, j'ai préparé la ration de croquettes pour la journée et suis allée réveiller Oakley. Toujours beaucoup de pluie et du froid. Loulou n'apprécie vraiment pas l'extérieur par cette météo et j'ai dû insister à chaque fois pour le sortir de la maison pour ses besoins. Je reste moi-même beaucoup à l'intérieur, et ne vois pas comment faire autrement. On a joué et fait des papouilles, on s'est occupés des poules et des chevaux, fait un petit tour autour des pré. On a marché sur des tôles ondulées instables et bruyantes (donc effrayantes), il fait des efforts pour surmonter ses appréhensions et me suivre, c'est trop mignon.

Il n'a pas cessé de nous suivre partout, plus par peur de nous perdre que par envie. Ça se voyait qu'il était épuisé. J'ai tenté de l'enfermer dans sa caisse une fois endormi : un échec. Grosse crise de panique lorsqu'il s'est rendu compte que je n'étais plus là et qu'il était coincé. Le travail de la solitude va devenir une priorité : pour mon confort (parce que mes journées sont entièrement consacrées à respecter les rythmes de repos du chiot, je ne peux rien faire de bruyant et ne peux pas sortir de son champ de vision) et pour son bien-être (il est INDISPENSABLE qu'il dorme suffisamment, en se sentant sécurisé s'il se réveille et ne me vois pas). Je cogite ...

Après avoir cherché une solution pour lui permettre d'aller faire ses besoins en extérieur pendant la nuit et ne pas l'obliger à faire dans la grange (alors qu'il ne demande qu'à sortir), Eurêka ! On a eu l'idée de déplacer l'ancien enclos des poules en bois et grillage devant la grande porte de la grange entrouverte. Une photo pour illustrer.

Imgur

Ainsi, Oakley pourra sortir mais sera contraint de ne pas s'éloigner et de rentrer bien vite se coucher dans sa caisse après sa sortie popo. Car lui laisser la totalité du jardin n'est pas encore envisageable. D'une part, c'est beaucoup trop grand, il passe son temps à me chercher partout autour de la maison (anxiogène). D'autre part, il n'a pas intégré de limite à la propriété, puisqu'il n'a pas compris qu'il ne faut pas s'approcher de la clôture électrique. Tant que ces deux points ne seront pas règlés, je n'envisage pas de le laisser seul dehors sans surveillance.

L'après-midi, beaucoup de monde d'un coup à la maison pour venir voir le chiot. Un peu impressionné mais toujours très sociable, Oakley s'est fait papouiller bien volontiers. Je suis bien contente, il n'a pas du tout tendance à sauter sur les gens pour les accueillir, mais plutôt à s'asseoir ou se faire petit. Les gens le caresse alors, renforçant cette bonne attitude, un cercle vertueux quoi. Espérons qu'il garde ce pli dans le futur.

Il a bien joué à la poursuite avec Zoé, la petite d'un ami. Un trait que j'avais remarqué chez lui : il a une tendance à chevaucher quand l'excitation (ou la frustration) monte un peu haut. Il a tenté 2 ou 3 fois sur ma jambe et 2 fois sur Zoé. À chaque fois, je le réprimande aussitôt fermement mais très brièvement. Éthologiquement, c'est un comportement qu'on ne sait pas trop bien classer, les avis divergent à ce sujet : cela peut-être un comportement social de "dominance", ou encore un comportement apaisant pour le chien qui le produit, ou un mélange des deux. Quoiqu'il en soit, si entre chiens ça ne pose aucun problème, je n'accepterai pas ce comportement sur aucun humain. Et petit Oakley va devenir bien vite très lourd et fort ...

En ce qui concerne Lune, et bien c'est dur pour elle. Elle est encore très effrayée à la vue du chiot et se cache. Vivement pour elle que le chiot prenne sa place à l'extérieur pour qu'elle puisse réinvestir plus sereinement la maison. Elle est cantonnée aux étages et ne mange pas énormément. On s'occupe beaucoup d'elle dès qu'Oakley est couché le soir, avec gros câlins et ronrons. Elle dort avec nous et ça la tranquillise.

Nuit 3

J'ai couché Oakley à 21h30. J'ai encore attendu qu'il s'endorme pour me faufiler à l'extérieur sur la pointe des pieds. Quelques jappements vers minuit, et grosse crise de pleurs dehors dans l'enclos à 4h40. En effet, Chéri est parti embaucher à cette heure-ci en camion. Il ne s'est pas occupé du chiot et a bien fait. Finalement, Oakley s'est tu vers 5h. De nouveau quelques pleurs vers 7h. J'ai attendu 2 ou 3 minutes de retour au calme pour aller le chercher. Je prends bien soin de ne JAMAIS me manifester lorsqu'il pleur, pour ne pas renforcer ce comportement que je souhaite voir disparaître. Au contraire, j'attends un instant de calme pour me montrer. Il a été tout content de me retrouver ! La technique de l'enclos a parfaitement fonctionné : aucun pipi dedans, et 2 belles crottes dehors. Donc il sort de lui-même faire ses besoins, comme je l'avais pré-senti.

Jour 4

Malgré quelques rayons de soleil au petit matin, la météo a encore été exécrable. Je me suis rendue compte d'un truc : pour inciter Oakley à faire ses besoins très rapidement dès que l'on sort de la maison, je me tiens immobile dans l'herbe et j'attends. Lorsqu'il fait son pipi je le félicite un petit peu mais pas trop, car ça l'excite beaucoup et l'empêche de faire sa grosse commission. Celle-ci, on a tendnace à devoir l'attendre, donc je partais marcher un peu avec lui. Erreur : maintenant, j'attends sans bouger quelques minutes. Il fait et on rentre à la maison directement, car c'est vraiment ce qu'il attend le plus lorsqu'il pleut des cordes. La balade de l'intéresse pas. Et ça marche bien ! Il fait ses besoins très rapidement maintenant dès que l'on sort de la maison (et qu'on y est resté assez longtemps pour qu'il est un minimum envie bien sûr).

Objectif de la journée : on se décolle de sa maîtresse et on ne panique pas quand on ne la voit plus. Avec ce temps de merde, j'ai dû bosser ça dans la maison. J'ai décidé de lui interdire l'accès à l'étage (pour l'hygiène, le chat, et parce que les escaliers sont à éviter lors de la croissance chez les grandes races). Donc, j'ai commencé par là. En faisant mine de monter les premières marches, il a tenté de me suivre immédiatement. Un non catégorique et je l'ai redescendu sèchement. 3 ou 4 répétitions de montée et descente des escaliers et il me regardait du bas des marches sans bouger. Bien. Puis je disparais sur le palier 1 seconde, je redescends aussitôt, avant même qu'il est eu l'idée de pleurer. Je remonte tout de suite et me cache 3 secondes, je redescends. Je remonte et reste immobile hors de sa vue 5 secondes. J'ai continué ce manèges avec plusieurs dizaines de répétitions de difficulté progressive sans discontinuer (j'avais bien mal aux cuisses !!). Je n'ai eu qu'un seul jappement de tout le processus ! Je suis allée ouvrir un volet de chambre, et suis redescendue, puis remontée ouvrir le second volet, puis redescendue, puis montée me laver le visage, les dents, mettre de la crème, avec une montée/descente à chaque fois. Ça a bien saoulé Oakley qui a finit par se coucher et s'endormir. Et voilà, dans la maison, je peux maintenant être hors de sa vue, et même sans faire de bruit, sans panique à bord.

Là on peut dire que j'ai été fière de moi et de mon chiot ! On a bien fêté ces exploits par une bonne partie de jeu que j'ai filmée (ça fera des souvenirs !). On joue en intérieur sur du carrelage glissant. Ce n'est pas l'idéal mais le temps était vraiment trop pourri. Il est fan de ce torchon, alors allons-y !

Plusieurs fois dans l'après-midi, quand le temps s'est radouci pour quelques heures, on est allés faire des câlins et manger dans la grange et dans l'enclos. J'ai pu constater qu'il rentre très facilement dans sa caisse et semble maintenant bien apprécier son couchage avec son matelas et sa couverture. J'ai essayé de dédramatiser au max le fait d'aller et rester dans cet endroit, car l'heure de la première absence en enclos avait sonné en fin d'après-midi. Nous allions à la déchetterie en camion avec Chéri, et j'ai décidé d'enfermer Oakley dans son enclos. Sans me retourner, j'ai fermé la porte, on est partis en camion. Il pleuré très fort, c'était atroce. Notre absence a duré une demi-heure. À notre retour, il avait plu des trombes d'eau et Oakley était rentré se coucher et dormait dans sa caisse. Il n'a même pas été réveillé par le bruit du camion.

Je suis allée le chercher vers 19h, il a passé la soirée avec nous à l'intérieur. Il commence à prendre de l'assurance, ça se voit : il cherche tout plein de trucs à mâchouiller un peu partout, c'est assez drôle ! Chaussures, paillassons, plantes vertes, panier à bois en osier ... Mais son os et son oreille de cochon restent ses préférences, et c'est tant mieux. Il se pose sagement et ronge ses trucs, un comportement de chien normal quoi :) Au bout d'un moment, bien crevé par tant de grignotage intensif, il dort !

Imgur

Nuit 4

21h30, notre heure. J'attends toujours qu'Oakley s'endorme pour le laisser le soir. Je m'installe sur une chaise devant sa caisse et j'en profite pour checker mes mails. En 3 minutes il dormait. Je suis partie quand il commençait à ronfler, au bout de 10 minutes. Il y a eu quelques jappements vers 23h30, et une série de pleurs pendant quelques minutes à 2h. Vers 5h, à peine 30 sec de jappements et c'est tout. Je me suis levée à 7h30, je suis allée le réveiller car il dormait bien sagement ! Tout content de me voir et de manger. La grange était propre, il a bien fait ses besoins dehors. Ses selles sont bien mieux moulées, plus de diarrhées, signe que tout va mieux pour ce bébé.


- chien -

Commentaires


Il n'y a aucun commentaire à afficher.

Poster un commentaire