Oh..., de Philippe Djian

Pourquoi j'ai eu envie de lire

Entre deux trains, j'ai tué le temps dans un point presse de gare. Il y avait une promo d'été sur certains livres de poche dont celui-ci faisait partie. J'ai en fait été attirée par la couverture, qui représente l'affiche du film adapté de ce roman. Le film s'appelle “Elle”, j'avais voulu le voir lors de sa sortie au cinéma et je l'avais loupé. Tant qu'à faire, autant lire l’œuvre littéraire en premier !

Ce que j'en ai pensé

Couverture

J'ai vraiment été happé par cette histoire, si bien que j'ai dévoré les 240 pages en 2 jours. Narration au présent, aucun découpage, pas de chapitre, pas de temps mort. Pas le temps ni l'envie de reprendre son souffle. Un style d'écriture que je ne connaissais pas, qui m'a surprise par ces nombreuses ellipses et son rythme effrené, mais j'ai été séduite par la forme. Je suis plus partagée sur le fond ...

On partage une tranche mouvementée de la vie de Michèle, le personnage principal. En 30 jours, que de calamités, familières ou hors normes, s’abattent sur elle ! Si on parvient à faire abstraction du côté un poil burlesque de toutes ces situations, on peut dire que le personnage est plutôt réussi. Femme libérée et moderne, mais pas si forte que cela. Elle régente la vie des autres, leur dit comment ils devraient se comporter, mais elle-même n'obéit qu'à ses envies. Les autres personnages sont sympathiques, bien plantés, ils se comportent comme la plupart des gens se comportent : ils pataugent.

Oh… est un roman enlevé mais pas drôle, plutôt triste, au fond. A cause de sa justesse concernant les liens humains, sans doute. Au fil d'un scénario bien séquencé, Djian dresse un tableau ultra-réaliste (et pessimiste, donc) des relations amoureuses, familiales et amicales de notre époque. Cependant, j'ai trouvé que l'histoire manquait de vraisemblance et j'ai eu du mal avec le "fond" du livre : une femme qui se laisse entraîner à des jeux sexuels extrêmes avec son violeur paraît plus relever du fantasme malsain (et masculin ?) que d'autre chose. Ce point m'a gênée. Si l'exercice était périlleux, je ne l'ai pas trouvé bien exécuté. J'ai eu des difficultés à croire le personnage, à la suivre, et à faire preuve d'empathie pour elle dans ce domaine.


- lecture -

Commentaires


Il n'y a aucun commentaire à afficher.

Poster un commentaire