Journal de Nestor et Rocky (1) - Première balade de l'année !

Suite à mes nouvelles résolutions (voir mon billet : Journal de Nestor et Rocky - Mise en place), première balade de l'année 2016 avec les bouts. Il était temps ! La météo est très bizarre en ce moment, on se croirait sous les giboulées de Mars, mais avec un vent polaire et des températues de fin d'automne ... Après avoir remis à neuf les box (trop beau un box propre et moelleux !), le programme de l'après-midi sera une petite promenade en main de quelques km, histoire de se remettre en jambe. J'ai tenté de repérer sur Google Maps un itinéraire qui emprunterait de préférence des chemins ou des petites routes que nous ne connaîtrions pas. Je me suis rendue compte que finalement, je n'étais jamais partie me promener au nord du village alors qu'il semble qu'il y est de nombreux chemins par là-bas ... Il est temps de remédier à cela !
Entre deux averses, je vais chercher Nestor et Rocky, leur passe leurs licols plats et nous partons sur les chemins. J'ai hésité à les panser avant de partir, mais vu le temps qu'il aurait fallu à les décrotter tous les deux, j'aurais pris la pluie ! Je pars.donc avec deux poteries en forme de chevaux. Le vent est froid mais pas trop fort, le soleil se montre enfin franchement. Les loulous sont vraiment calmes et sages. Ils connaissent maintenant bien le principe : chacun à sa place, au pas, on essaye de résister à la touffe d'herbe.

Les chevaux sont très allants et je dois forcer un peu l'allure pour ne pas les gêner. Pieds nus sur les cailloux, Nestor se porte très naturellement en tête, en ouvreur, les oreilles en avant et les nasaux grands ouverts. J'adore le voir comme ça ! Petit Rocky suit à mon épaule ou légèrement en retrait. Je leur laisse un peu de latitude en longe, je ne les tiens pas à la tête. Nestor a tendance à peser lourdement dans sa muserolle et à marcher comme ça, sans vraiment tirer vers l'avant mais en se "posant" dans le licol. C'est d'ailleurs le reflet de son attitude naturelle monté ou attelé, où il est très lourd à la main. Sans que cela soit vraiment trop gênant, je dois racourcir un peu sa longe afin qu'il ne me double pas trop, car plus je lui laisse de longueur, plus il avance, jusqu'à trouver à s'appuyer en bout de longe. Rocky est plus autonome pour cela, mais trop de longueur et il se croit libéré et autorisé à brouter. Cependant, je trouve qu'il a fait des progrès sur la prise de longe. En effet, il y a encore peu de temps, dès qu'il marchait par accident sur sa longe et se "cognait" donc dans son licol, il paniquait et mettait plusieurs minutes à redescendre en pression. Maintenant, il s'arrête un peu brusquement et attend sagement que je vienne l'aider à se dépétrer, avant de repartir dans le calme comme si de rien était. Trop mignon ce petiot !

Je suis aussi assez contente de leur comportement lorsque je demande l'arrêt : ils me le donnent quasi instantanément et sont capables d'attendre plusieurs secondes sans bouger. Bien pratique au stop ou aux croisements sans visibilité. Ils me bluffent (surtout Nestor !) sur leur calme lors du croisement de véhicules ou encore lorsque ceux-ci nous doublent. Rocky a toujours été brave de ce côté là, mais il a clairement eu une excellente influence sur Nestor, qui était particulièrement craintif jusqu'alors. Les prés en bord de chemin et de route ont aussi dû jouer un rôle bénéfique dans cette habituation. Je ne jurerais pas de leur calme au croisement d'un gros tracteur, mais si au moins ils arrivaient à se contenir sans sauter les fossés, ce serait rassurant pour les futures balades à l'attelage. A voir.
Je peux néanmoins affirmer que le fait de sortir tous les deux ensemble, en "troupeau", les rend beaucoup moins sur l'oeil ou nerveux. Ils se sentent rassurés par la présence de leur congénère, et bien que j'ai deux chevaux à gérer, je les trouve plus faciles que chacun séparément. Paradoxal !

Je me souviens des toutes premières fois où je les ai sortis en main à deux, il y a un peu plus d'un an, nous n'étions pas encore emménagés ici. J'étais tendue, je ne connaissais pas bien Rocky qui était très nerveux, Nestor trottinait en crabe et ronflait, bref : la grosse galère et le stress pour tout le monde. Nous avons fait du chemin depuis mine de rien ! Les chevaux ont appris à se connaître, l'environnement est plus calme, et j'ai commencé par des tous petits tours autour de la propriété le plus calmement possible pour instaurer nos codes. Les nombreux aller-retours entre le pré principal et le pré des pommiers ont finit de banaliser la sortie en main à nos yeux à tous les trois !

Notre sortie a duré environ une heure, durant laquelle nous avons croisé un groupe de poneys montés par de jeunes cavalières en promenade avec leur monitrice. Je ne sais pas s'il y a une structure équestre dans le coin ? Nous avons parcouru 5,4 km et je joins un plan de notre itinéraire, composé pour moitié de chemins à travers les vignes.

Itinéraire de promenade

Au retour, je les ai fermés au box, le temps de curer les pieds et inspecter les membres pour vérifier l'absence de bobo. Je me rends compte que les sabots ont repris leur pousse, qui avait stagnée lors des dernières semaines. Peut-être que les quelques jours de soleil et de douceur que nous avons eu ont mis en route les mécanismes du printemps : les bourgeons dans les arbres et la pousse de corne des sabots. Quoiqu'il en soit, une séance de parage s'impose dans les jours à venir.


- chevaux -

Commentaires


Il n'y a aucun commentaire à afficher.

Poster un commentaire