Blog

Le presse-papier de ma vie.


Journée consacrée à mes chevaux. Nous sommes, entre autre, partis nous promener à pied dans le bourg. Comme quoi, même un petit tour piéton peut livrer un récit bien sympathique, lorsqu'on laisse s'exprimer ses animaux !


Première ponte pour mes poulettes

Ça fait des mois qu'on l'attendait : l'heure de la première ponte pour mes bêtes à plumes !

Il faut tout d'abord noter que nous avons trouvé un excellent moyen de différencier ces deux demoiselles : par la **couleur …</!--more-->

Lire plus



C'est la canicule, les chevaux transpirent à ne rien faire et sont emmerdés à longueur de journée par les mouches, les taons et autres joyeusetés. Ils passent la journée entière dans l'écurie, à l'ombre et (un peu) au frais, grignotent du foin et boivent de l'eau fraîche toutes les demi-heures. Je leur avais proposé une séance douche hier après-midi, qui avait eu l'air de leur plaire, et j'ai donc reproposé cette après-midi cette pause rafraîchissante. La pompe branchée à un tuyau d'arrosage, je profite que le forage déborde pour récupérer le trop-plein d'eau dans une poubelle, dans laquelle la pompe est plongée. Les chevaux en liberté totale, ils ne se sont pas fait prier et ont profité de l'eau froide une bonne dizaine de minutes, à tour de rôle. Chacun se tournait pour me montrer l'endroit à arroser, les insectes à chasser, ils allaient se rouler dans la terre et la poussière et revenaient se mouiller. Un agréable moment de plaisir partagé.
Je profite aussi qu'ils soient un peu statiques pour bosser au clicker avec eux, dans l'écurie lorsqu'ils y sont ou dehors, en liberté toujours. Ça évolue et je me questionne : Journal de Nestor et Rocky (4) - On reprend le clicker !.
Ce soir, je les ai emmenés au pré des pommiers, profiter de l'ombre et de l'herbe appétissante pendant 2 bonnes heures, avant de les rentrer et de parer les postérieurs de Nestor, qui en avaient bien besoin. Oui, je sais, mes journées semblent tourner autour de mes bouts. J'assume et J'ADORE ça ! C'est pour ça que je suis venue vivre ici après tout !



Solstice d'été, et il fait enfin beau et chaud ! Si je ne prends pas le temps de tenir bien à jour ma timeline, c'est que je ne l'ai pas ! Ma vie est à cent à l'heure et est (avec un peu de chance) en train de prendre un nouveau tournant. Les divers tests et les entretiens pour ma reconversion professionnelle s'enchaînent depuis une semaine, à Paris et à Bordeaux, je suis un poil sous pression constante tant que tout ne sera pas terminé. J'attends une réponse définitive dans les jours qui viennent ... Si bien que lorsque je me retrouve à la maison, je profite de mon Chéri, de mes chevaux, je tente de me vider un peu la tête, et je n'ai pas forcément le courage de m'assoir studieusement à mon bureau pour taper quelques lignes au clavier ... Pardonu-min ! (pardonnez-moi en espéranto)


Quel temps de chien ! Et il paraît que ça va durer encore ... Pff, à peine on met nos extérieurs propres qu'il pleut, qu'on ne peut donc pas en profiter, que ça pousse pendant ce temps, et qu'il faut s'y remettre dès le retour du soleil. C'est pas juste ! Les poules ne semblent absolument pas dérangées par le vent ou la pluie (race anglaise oblige !), les chevaux sont mieux dans leurs baskets par cette fraîcheur exempte d'insectes piqueurs.
Du coup, on avance tranquillement dans la future cuisine, où nous avons descendus quelques chevrons du plafond. On se questionne sur quoi faire dans cette magnifique hauteur : garder poutre et chevrons, tels des squelettes ? Laisser seulement la poutre ? Tout enlever et garder le vide "cathédrale" ? On laisse mûrir ...


Ce matin, visite d'une jolie petite charentaise à rénover dans notre village pour une collègue de travail. Un peu de boulot mais super potentiel pour en faire un petit coin de paradis ... Je me dis qu'avec une maison plus petite on aurait beaucoup avancé par rapport à notre grand machin. Et puis je rentre chez moi, ma façade me fait face : ouais, elle est quand même vraiment trop belle ma maison ! Elle vaut vraiment le coup qu'on se donne du mal !
Et en parlant de ça, voici à quoi nous avons occupé notre fin d'après-midi pluvieuse :
Imgur
On va enfin commencer les choses sérieuses, c'est à dire arrêter de casser, défaire, évacuer pour créer, aménager, améliorer. Yes !


Je me suis faite réveiller par Lune, venue nous faire des câlins sur le lit, à 6h du matin ... J'ai sorti les chevaux dans le pré des pommiers à 7h, à la fraîche. Mais en fait, il a fait frais toute la journée ... Pas en forme, je n'ai pas eu le courage de faire une marche ce soir.
Je remarque une chose depuis que la dentiste est intervenue sur Nestor : je le trouve beaucoup moins "ronchon". Oreilles en avant, calme, avenant, face relaxée, pas de mordillements ou d'agacement. Était-il constamment gêné par un douloureux mal de dents latent, depuis des années ? Peut-être bien ... Je continue d'observer son attitude, mais j'ai la nette impression que la dentiste l'a énormément soulagé physiquement, ce qui se répercute sur son moral. Du coup, je culpabilise carrément de ne pas l'avoir faite venir plus tôt. Est-ce de la maltraitance, de la négligence ? Je me rassure comme je peux en me disant que tellement de chevaux ne mangent pas comme ils devraient et ne voient jamais la râpe d'un maréchal, que les miens ne peuvent pas être à plaindre, objectivement. N'empêche ... Ça me conforte dans mon envie de faire intervenir rapidement un ostéopathe pour le bien-être de mes deux amours.


J'ai pu enregistrer une fugue de mes deux chevaux grâce à mon GPS. Je pensais qu'ils ne s’étaient promenés que 5 minutes avant que je les récupère, or, il semblerait qu'ils se soient promenés pendant presque 40 minutes. C'est marrant de connaître la vie secrète de mes chevaux. Ça me donne envie de trouver un moyen de leur fixer une mini caméra au front afin de pouvoir voir ce qu'ils voient !
Je suis contente de moi, puisque j'ai repris le sport un peu plus assidûment et y prends plaisir. Mon petit footing ce soir m'a fait beaucoup de bien (et le bain chaud en rentrant aussi !).